De Filarete à Riccio. Bronzes italiens de la Renaissance (1430-1550). La collection du musée du Louvre

La publication de ce nouveau catalogue rédigé par Philippe Malgouyres et soutenu par le Cercle des Objets d’art, est l’avènement d’un long travail de recherches au sein des collections de bronzes de la Renaissance du musée du Louvre.

Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des grands catalogues réalisés par les successeurs du conservateur : Emile Molinier en 1886, Gaston Migeon en 1904, Carle Dreyfus, Hubert Landais, Bertrand Jestaz, Amaury Lefébure et Sophie Baratte.

 

Cet ouvrage est bien plus qu’un catalogue. Philippe Malgouyres se distingue par la volonté de faire du « connoisseurship une science ouverte » en abordant le sujet à partir des éléments que nous connaissons avec certitude et ainsi créer un outil pour la recherche et le marché de l’art.

 

À travers dix-huit essais, Philippe Malgouyres révèle la richesse de la production du bronze entre 1530 et 1550. Les figures emblématiques de la statuaire Renaissante sont abordées tels que Filarete, Alberti, Donatello, l’Antico et le Riccio ; d’autres, moins célèbres mais tout aussi importants sont mentionnés : Giovanni Boldù, Adriano Fiorentino et Severo Calzetta da Ravenna. L’éventail des études sur les bronzes est divers et complet : l’auteur s’est intéressé aux petits bronzes, aux médailles, aux reliefs et aux lampes à huile. Ces nombreux chapitres présentent la naissance du bronze, son développement et son essor à travers le perfectionnement des techniques de fonte, autour de sa production et de l’histoire du goût. Ainsi, ils se complètent entre eux et parachèvent nos connaissances sur les collections du Louvre.

 

 

Donatello, La Crucifixion, bas-relief en bronze à patine brune et restes de patine brune plus épaisse, H. 42,8 x L. 28,7 x Ép. 4,5 cm, Paris, musée du Louvre, inv. n°OA 6477

 

La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’important catalogue qui réunit cinq cents notices. L’ordre de ces dernières respecte la chronologie de l’arrivée des œuvres dans la collection : depuis l’initiation des collections royales aux dernières acquisitions en 2018 en passant par les saisies révolutionnaires et les nombreux dons et legs qui ont largement enrichi le musée du Louvre. Toujours dans cette volonté d’appuyer les recherches sur des critères objectifs, les notices mettent en lumière les provenances, l’iconographie, l’historiographie et la critique historique. Soulignons également la présence d’analyses métallurgiques réalisées par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), ainsi que l’abondance des photographies et plus précisément celles des revers des médailles et des plaquettes.

Cette double présentation permet d’apporter au lecteur une image de l’histoire du goût intimement liée à la notion d’authenticité.

A l’occasion de cette publication, une conférence intitulée « Les bronzes italiens de la Renaissance au musée du Louvre : étudier et publier » et présentée par Philippe Malgouyres s’est tenue le 30 octobre 2020 à l’Auditorium du Louvre. Le dessein de cette présentation était l’exposé des résultats de ces recherches et révéler les dessous de l’élaboration d’un catalogue de collection.

L’intégralité de la conférence est disponible en ligne sur le site du musée du Louvre, rubrique « Conférences et colloques ».

 

-Claire Flon

 

 

Philippe Malgouyres, De Filarete à Riccio. Bronzes italiens de la Renaissance (1430-1550). La collection du musée du Louvre, Paris, coédition Musée du Louvre / Mare & Martin, 2020,  1270 ill., 720 p., 65 €.

 

Conférence « Les bronzes italiens de la Renaissance au musée du Louvre : étudier et publier », disponible sur le site du musée du Louvre, rubrique « Conférences et colloques »

https://www.louvre.fr/conference-retransmise-en-direct-de-l-auditoriumles-bronzes-italiens-de-la-renaissance-au-musee-du-l

07 décembre 2020