Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887)

L’Amazone captive

Modèle réalisé vers 1868
Sculpture en marbre blanc
Signé « A. CARRIER. » sur la base

H. 93 x L. 35 x P. 32 cm environ

-

Estimation : 20.000 / 30.000 €

Prix au marteau :

Littérature en rapport :J. Hargrove, Carrier-Bellleuse, le Maitre de Rodin, Paris, RMN, 2014 p. 233

Lot 267

A l’apogée de sa carrière, Carrier-Belleuse représente ici une légendaire Amazone. Privée de sa liberté et par conséquent de sa force mythique, l’Amazone captive est traitée de façon sensuelle. La jeune femme enchainée à un arbre n’est couverte que d’un voile anecdotique et repose son pied gauche sur un casque, accentuant le profond contrapposto de sa figure. Le tout est réalisé en d’importantes dimensions, rares dans le corpus de l’artiste.

Carrier-Belleuse en véritable entrepreneur participait activement à la vente de ses oeuvres, souvent aux enchères. Il est ainsi possible que Carrier-Belleuse ait créé spécifiquement une première version de l’Amazone captive en marbre pour la vente de 1868 (n° 3).

Par cette image inspirée à la fois d’un thème mythologique, de la Psyché abandonnée d’Augustin Pajou ainsi que de la représentation de la femme asservie au canon idéalisé, le sculpteur s’inscrit dans la veine artistique à la mode depuis le milieu du XIXème siècle qui allie tradition néoclassique, mouvement romantique et thématiques orientalistes.

27 novembre 2021 De Baecque et Associés, Lyon Lyon, Hôtel des ventes, 70, rue Vendôme 69006 Lyon
Voir le diaporama