Pays-Bas méridionaux, Malines, début du XVIeme siècle

La vierge à l’enfant tenant une grappe de raisin

Statuette d'applique en noyer polychromé et doré
Présence de marques de garantie : les trois pals verticaux, marque de la Guilde de Saint Luc au revers, et l'initiale 'M' poinçonnée dans la dorure du manteau à l'avant

(Usures à la polychromie probablement d'origine à décor poinçonné)

36,5 cm

Vente anonyme ; Heidelberg, Berlinghof, 3 décembre 1988, n° 14 ; Galerie Friederike Pallamar, Vienne

Estimation : 6.000 / 9.000 €

Prix au marteau :

Littérature en rapport :

De notre petite série, cette Vierge à l’Enfant est la seule à présenter à la fois les marques de garantie pour la sculpture et la polychromie. Elle s’apparente à un type marial très répandu dans la sculpture malinoise : la Vierge ne porte pas de couronne mais un simple bourrelet à fleurons et elle est vêtue d’un surcot à l’encolure carrée et d’un vaste manteau couvrant le devant du corps en formant un drapé  » en tablier « . L’attitude de l’Enfant plaqué contre le ventre de sa mère face au dévot, les jambes étendues en parallèle est aussi très fréquente, bien que présentant des variantes dans les gestes et attributs : il porte ici une grappe de raisin, symbole de son sacrifice à venir, alors qu’il semble porter une poire ou un globe sur la version du musée du Louvre ou du V&A Museum (Paris, musée du Louvre, RF 2543, Londres, Victoria et Albert Museum, n° 697-1907). Les traces de dorures d’origine avec poinçonnage et les restes d’argenture, ainsi que les délicates et raffinées carnations des visages témoignent aussi de la belle qualité de cette œuvre.

13 novembre 2019 Hôtel Dassault
Voir le diaporama