Rome, circa 1676-1685

La mort de saint François-Xavier

Plaque en ivoire sculpté en bas-relief et demi-bosse
(Légères griffures)

H. 12,4 x L. 18,1 x l. 1,9 cm

-

Estimation : 20.000 / 25.000 €

Prix au marteau :

Littérature en rapport :- Christian Theuerkauff, Studien zu Elfenbeinplastik des Barock, Freiburg, 1964, p. 238, n. 91;
- Christian Theuerkauff, 'Zu Francis van Bossuit (1635-1692), "beeldsnyder in yvoor"', in Wallraf-Richartz-Jahrbuch, 1975, pp. 119-182;
- Sigfried Asche, Balthasar Permoser: Leben und Werk, Berlin, 1978, pp. 20, 36-7, 148. pl. 56;
- Malcolm Baker, “The Ivory Multiplied: Small-Scale Sculpture and its Reproductions in the
Eighteenth Century”, in Sculpture and its Reproductions, Erich (Eds.), London, 1997, pp. 61–78;
-Jeremy Warren, 'Bathsheba and Susanna. Two ivory reliefs by Francis van Bossuit', in Barocke Kunststückh. Festschrift für Christian Theuerkauff, München 2012, pp. 66-72;
- Claudia Conforti, “Il Castrum Doloris (1689–1698) per san Francesco Saverio al Bom Jesus di Goa di Giovanbattista Foggini ; Dono di Cosimo III de’ Medici, granduca di Toscana”, in Architecture as object, Section 20, ed. A. Payne, G.Satzinger;
- Eike D. Schmidt, Das Elfenbein der Medici, Hirmer, München, 2012, pp.203-209 et pp.211-217;
-Jean-Louis Veillard-Baron, « Le statut de l'image dans l'iconographie chrétienne après le concile de Trente », in Nouvelle Revue d’esthétique, 2014/1, n°13, pp.121-131 ;
- Marjorie Trusted, “The same but Different -Baroque ivories and reproduction”, in Multiples in Pre-Modern Art, Zurich-Berlin, ed. Walter Cupperi, 2014;
-Maurizio Nobile Bologna-Paris, Giovanni Foggini (1652-1725), Premier sculpteur à la cour de Cosme III de Médicis. Un fonds inédit de dessins, 2016, pp.54-55.

Lot 121

 

Œuvres en rapport :

Giovanni Battista Gaulli, dit « Il Baciccio » (1639 – 1709) Visione di S. Francesco Saverio, ca 1675, huile sur toile, 64,5 x 46 cm, Rome, Musei Vaticani, Inv. 41489 ;

Giovanni Battista Gaulli, dit « Il Baciccio » (1639 – 1709), La mort de saint François Xavier, 1676, Rome, Eglise Sant’Andrea al Quirinale ;

-Francis van Bossuit, L’extase de Marie Magdeleine, vers 1680, ivoire, dim. 26 x 12.5 cm, National Gallery of Art, Washington, n°inv. 2003.1.1;

– Francis van Bossuit, La mise au tombeau du Christ, vers 1680, ivoire, Canada, The Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario, n°inv. AGOID.29181 ;

-Balthasar Permoser, La mise au tombeau, ivoire, ca.1677-90, ivoire, Dim. 24.2 x 14.5 x 2.5 cm, Londres, Victoria and Albert Museum, n°inv. A.30-1949 ;

Francis van Bossuit, Apollon écorchant Marsyas, ivoire, vers 1670-1675, Dim. 22.9 x 11.4 x 2.5 cm, Canada, The Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario, N°inv. AGOID.29173;

-Balthasar Permoser, Apollon écorchant Marsyas, ivoire, ca. 1675-1680, Dim.: 17,5 x 10,5 cm, Herzog Anton Ulrich-Museum, Braunschweig;

– Giovanni Battista Foggini, Apollon écorchant Marsyas, 1700-1715, groupe en bronze, H. 79,7 cm, Londres, Victoria and Albert Museum, n°inv. A.2-1967 ;

-Giovanni Battista Foggini, La mort de saint François Xavier, 1689-1695, relief en bronze, Goa, église du Bon Jésus ;

-Massimiliano Soldani Benzi (1656-1740) La mort de saint François-Xavier, 1697, relief en bronze, 48 x 32 cm, Florence, musée du Bargello.

 

 

Cette œuvre remarquablement taillée dans l’épaisseur d’une plaque d’ivoire rectangulaire représente la scène de la mort de saint François-Xavier (1506-1552).

Missionnaire pionnier en Asie, ce cofondateur de l’Ordre des Jésuites avec saint Ignace de Loyola part évangéliser l’Extrême-Orient les dernières années de sa vie. Débarqué à Goa en 1541, il se rend au Japon, mais atteint de maladie, il décède en 1552 sur l’Ile de Sancian au large de la Chine. Ses reliques y sont subtilisées par les Jésuites en 1554, puis exposées dans la chapelle del Bom Jesù dans leur église construite à Goa entre 1594 et 1606.

Fer de lance de l’Ordre des Jésuites qui promeut, dans le contexte post-tridentin, le rôle pédagogique des images pour les fidèles et la diffusion de la vie des saints contemporains, François-Xavier devient un sujet d’inspiration pour de nombreux peintres dès sa canonisation en 1622 (cf. Poussin, Saint François-Xavier rappelant à la vie la fille d’un habitant de Kagoshima au Japon, 1641 Huile sur toile, H.4,44 m. ; L. 2,34 m, Paris, musée du Louvre, n°inv. INV. 7289).Les artistes s’inspirent de l’évènement narré par Daniello Bartolo dans l’Istoria della Campagnia di Gesu.

 

Notre œuvre dérive directement d’un tableau réalisé par l’artiste Giovan Battista Gaulli, dit «il Baciccio » (1639 – 1709) pour l’église Sant’Andrea al Quirinale à Rome, œuvre architecturale majeure du Bernin construite entre 1658 et 1678. Oratoire du noviciat des jésuites, l’église comprend six chapelles latérales dont une est dédiée à François-Xavier (1506-1552). Son décor est réalisé par Gaulli et la scène du saint allongé par terre sous la hutte, tenant le crucifix contre son cœur sous le regard d’une cohorte de putti est achevé en 1676. Le sujet se diffuse en peinture, notamment à Florence[1].

Notre œuvre sculptée en reprend la composition principale dans un format horizontal et inversé, avec moins de détails : le saint est allongé dans la longueur, protégé par des branchages symbolisant le toit de la hutte. Le groupe de putti central disparait ainsi que le livre ouvert à l’avant de la scène.  Seuls les détails de la cruche et de la plante dans le coin droit sont encore présents au premier plan. La synthétisation de la scène met en valeur le personnage. Des rayons lumineux surgissant des nuées se dirigent vers la tête du saint renversée en arrière, dont on ne sait s’il agonise ou s’il vit une extase mystique.

 

 Cette œuvre de très grande qualité s’inscrit pleinement dans le courant baroque de l’école romaine promue par Pierre de Cortone et Gaulli en peinture et, par Le Bernin et Ercole Ferrata en sculpture. Proche dans son sujet de l’Extase de Sainte Thérèse d’Avila (1648-1651) réalisée en marbre par Le Bernin à Santa Maria della Vittoria, cet ivoire a indéniablement été produit par un artiste très habile, versé dans la taille des arts précieux et à l’écoute du goût contemporain pour la transposition des peintures majeures de l’école baroque en petits tableaux sculptés dans l’ivoire.

 

Tant la haute qualité d’exécution qu’un certain nombre de détails compositionnels et stylistiques nous invitent à faire un rapprochement avec l’un des sculpteurs les plus réputés résidant à Rome dans les années 1675. Francis van Bossuit (1635–1692), qui s’est formé à Bruxelles et à Anvers, se rend en Italie vers 1655/1660 et devient membre de la guilde des artistes néerlandais à Rome. Il est probablement resté en Italie jusqu’en 1685, date à laquelle il retourne aux Pays-Bas. Lors de cette longue période italienne, il admire les œuvres de Duquesnoy, du Bernin et de L’Algarde, mais aussi les peintures de Rubens. Il les transpose ou s’en inspire avec brio dans des œuvres de petites dimensions en ivoire. 

Ici la technique de la taille creusée dans la masse établit des dégradés raffinés de la surface -du fort-relief au très bas-relief. La composition s’équilibre en diagonales avec des zones de pleins et de vides. Les drapés aux froissements vifs et mouvementés sont légèrement traités en aplat. Les détails anatomiques du saint, surtout les mains et des pieds sont exécutés avec finesse. On note la belle inclinaison de la tête du saint. Tous ces éléments rappellent la manière du maître flamand.

On peut citer notamment la très belle Extase de Marie Madeleine, datée des années 1680.  Son corps est allongé dans toute la longueur, les pieds s’intègrent savamment dans le retour de la bordure, comme ceux de François-Xavier. On trouve également un groupe de quatre têtes de putti au coin droit, dont trois dérivent du même modèle. On peut aussi faire des analogies avec deux putti du groupe d’angelots dans la Mise au tombeau du Christ exécutée par l’artiste flamand vers 1675.

Francis Van Bossuit, considéré comme le grand maître de l’ivoire de cette époque, n’est cependant pas le seul à réaliser des petits « tableaux d’ivoire ».

 

Balthasar Permoser (1651-1732) est autant célèbre pour sa sculpture monumentale que pour ses œuvres à l’échelle plus intime qu’il exécute dans ce matériau si précieux. Formé à Salzbourg et à Vienne au début des années 1670, il est considéré comme l’un des plus grands sculpteurs de la période baroque tardive en Allemagne. Or, il se rend en Italie en 1676 et visite, entre-autre, Rome. Comme le souligne Marjorie Trusted, Senior Curator au département des Sculptures du Victoria & Albert Museum, Van Bossuit et Permoser se sont très probablement connus à Rome dans ces années-là. Son étude, très documentée, compare des œuvres en ivoire des deux artistes, notamment leurs Mises au tombeau et Apollon écorchant Marsyas, sujet inspiré de l’œuvre de Pierre de Cortone (La Chute des Géants, Palazzo Pitti). Elle démontre les liens particulièrement étroits entre eux. Ces similitudes impliquent que chacun des deux artistes connaissaient indéniablement le travail de l’autre, peut-être dans un contexte de rivalité (amicale) favorisée par les émulations des différentes académies installées dans la Cité Éternelle.

 

Tous deux étaient considérés comme des maîtres de l’art de la sculpture sur ivoire, capables de suggérer des surfaces et des textures de manière souple et subtile. Van Bossuit était surtout admiré pour son talent « impressionniste », son modelé vif et doux, travaillant l’ivoire « comme on modèle la cire ». Le travail de Permoser était considéré comme plus monumental et impactant.

Outre ces analogies iconographiques, stylistiques et techniques, un élément biographique nous invite à considérer sérieusement l’hypothèse d’une attribution de cette œuvre à l’artiste allemand.

Probablement à la fin des années 1670, il se rend à Florence, jusqu‘à son départ à Dresde en 1690. (Première œuvre documentée en 1682) Il entre au service du Grand-duc Cosme III de Médicis et intègre alors l’atelier dirigé par le célèbre sculpteur Giovanni Battista Foggini (1652–1725) qu’il a dû également rencontrer à Rome dans les années 1670.

 

Entre Permoser et Foggini, il existe aussi de nombreux parallèles : on peut ainsi citer une influence directe entre l’ivoire du premier représentant Hercules et Omphale (H. 22cm, ivoire, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, n°inv. II41) et le groupe en bronze du second, Hercules et Iole (bronze, vers 1700-1715, Londres, Victoria et Albert Museum, inv. N ° A.9–1956) ou encore, entre l’ivoire cité plus haut et le bronze de Foggini représentant Apollon écorchant Marsyas. De retour de Rome en 1677, Foggini devient Premier Sculpteur dès 1687 et Premier architecte et directeur des ateliers grands ducaux en 1695. Dans ce contexte princier, il est invité par le Grand-Duc à exécuter, entre 1689 et 1695, une commande d’une importance capitale : un grand monument en marbre pour le sanctuaire de Saint François-Xavier de Goa ! Foggini réalise notamment quatre grands bas-reliefs en bronze dont un représentant la mort du saint. Cette œuvre s’éloigne cependant de la composition originale du peintre Gaulli. Le monument dédié Saint François-Xavier est exposé pendant près de deux ans dans la Chapelle des Princes avant de quitter Florence en 1697. Il a contribué à diffuser les images de ce saint exemplaire, comme en témoigne aussi l’œuvre du concurrent de Foggini, le relief en bronze de Soldani Benzi représentant la Mort de saint François-Xavier (Bronze, 1797 Museo nazionale del Bargello). Dans ce contexte florentin, notre œuvre pourrait avoir été une transposition précoce de la peinture en trois dimensions d’une image émotionnellement chargée du saint, tandis que la sphère artistique locale est en pleine recherche de créativité iconographique.

Bien qu’il soit difficile en l’état de la recherche d’identifier précisément l’auteur de ce petit tableau de dévotion, sa haute qualité d’exécution, son sujet, son matériau et son contexte de réalisation nous invitent à envisager une attribution à l’un de ces deux sculpteurs. L’esprit des maîtres de l’ivoire qu’ont été Van Bossuit et Permoser y est clairement décelable. Cet ivoire témoigne aussi des fortes interconnexions entre la peinture et la sculpture à cette époque. Il s’inscrit dans une chaîne de création, née de l’admiration pour des images porteuses de symbole et qui relie la peinture à des œuvres en relief des meilleurs artistes de l’époque.

[1] Maurizio Nobile Bologna-Paris, Giovanni Foggini (1652-1725), Premier sculpteur à la cour de Cosme III de Médicis. Un fonds inédit de dessins, 2016, pp.54-55

19 mars 2021 De Baecque et Associés Hôtel Drouot, salle 1
Voir le diaporama