Jean-Joseph VINACHE (1696- 1754) 

L’amour piqué par une abeille

Groupe en terre cuite 

H. 62 cm

-

Estimation : 8.000 / 12.000 €

Prix au marteau :

Littérature en rapport :Stanislas Lami, Dictionnaire des Sculpteurs de l’Ecole française au XVIIIème siècle, Paris, 1911, t.2, P.395.

Le sujet de notre important groupe en terre cuite, L’Amour piqué par une abeille, est tiré de l’Ode XL des Idylles de Théochrite et Odes anacréontiques :

« Éros ne vit pas une abeille cachée dans des roses et il en fut piqué.

Il fut piqué à la main et se mit à pleurer.

Et courant, et volant jusqu’à la blanche Kythéré, il dit :

— Hélas ! je suis mort, je suis mort, ma mère ! Je vais mourir !

Voici qu’un petit serpent ailé m’a blessé, de ceux que les laboureurs nomment abeilles.

Elle lui dit : — Si une abeille t’a fait un si grand mal, combien, Éros, penses-tu que souffrent ceux que tu blesses ? »

Vinache traite le sujet sous la forme d’une esquisse pour le Salon de 1742. Sans doute notre terre cuite est-elle la version finale de ce modello présenté au Salon.

L’Amour apeuré tend sa main blessé à Vénus qui le sermonne en lui montrant l’une des flèches avec laquelle lui même répand l’amour et son corollaire, la souffrance. Derrière l’Amour, une belle nature morte nous montre un panier renversé contenant des rayons de ruche. Aux pieds de Vénus, un couple de colombes est lié par un fin cordon.

On peut rapprocher le morphotype et la position quasi indentique de notre Cupidon avec celui du beau morceau de réception de l’artiste conservé au musée du Louvre : Hercule enchainé par l’Amour.

 

Jean-Joseph Vinache  est sans doute le fils du sculpteur Joseph Vinache. Après avoir été élève à l’ancienne Ecole académique de Paris, il part travailler en Allemagne et s’établit à Dresde. De retour à Paris, il est agréé à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1736 et devient académicien en 1741. Il prend part aux Salons de l’Académie de 1738 à 1747.

13 décembre 2019 Hôtel Drouot, Paris
Voir le diaporama