Ecole française du XIXème siècle, d’après l’antique

Vénus accroupie

Marbre blanc
Accidents et manques ( tête, bras et pieds)


H. : 57 cm

-

Estimation : 3.000 / 4.000 €

Prix au marteau :

Littérature en rapport :Françis Haskelll et Nicholas Penny, Pour l’amour de l’antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen, Hachette, 1988, p.349-350.

Le type antique de la Vénus accroupie dit encore « Aphrodite dénudée » connait un grand engouement dans l’histoire de l’art. Celle conservée au Palais des Offices à Florence, copie romaine de l’époque impériale, fut l’objet de nombreuses répliques : mentionnée pour la première fois en 1704 alors qu’elle était à la Villa Medici à Rome, elle est conservée depuis 1787 aux Offices à Florence, à la vue des artistes du Grand Tour.  La version du Louvre issue des saisies révolutionnaires en 1798 (N°inv. Ma 53) qui pourrait bien avoir inspiré notre œuvre ( bien que le départ du bras droit soit plus en hauteur) donne à voir l’iconographie complète : la déesse tout en s’appuyant sur son genou gauche se verse probablement de l’eau sur la nuque ou tente d’accéder à son dos de sa main droite, dans une posture d’une grande sensualité .

 

Œuvres en rapport :
Vénus accroupie, copie romaine du 1er ou 2nd siècle avt JC d’après un original du 3ème siècle avant JC, marbre, H : 78 cm, Florence, Palais des Offices;
Vénus accroupie, dite de la « Villa Adriana », copie romaine du 1er ou 2nd siècle avt JC d’après un original du 3ème siècle avant JC, marbre, H 106 cm, Museo nazionale romano di Palazzo Massimo , Roma;
Vénus accroupie, dite de « Sainte Colombe », copie romaine du 1er ou 2nd siècle ap JC d’après un original du 3ème siècle avant JC, marbre, H : 96 cm, Musée du Louvre, département des AGER , n° usuel inv.Ma.2240;
Vénus accroupie, copie romaine du 2nd siècle ap JC d’après un original du 3ème siècle avant JC, marbre, H : 56 cm, Musée du Louvre, département des AGER, n° usuel inv.Ma 53.

25 septembre 2018 COUTON-VEYRAC-JAMAULT Hôtel des Ventes de Nantes
Voir le diaporama